Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 17:53

Dernière ligne droite pour le CAP.

 

En cours on fait quelques exercices finaux de pratique pour nous préparer aux épreuves. Du coup on a re-fait un peu de portrait. J'ai testé un mode d'éclairage que je vois chez les autres et que je n'arrivais pas à faire.

 

Bon bah j'y arrive toujours pas. 

 

Y'a pire, mais y'aura mieux.

 

Portrait-Francois--18-petit-.jpg

Repost 0
Julie Lefort, Photographe de plateau - dans Cours
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 13:50

Pour une fois que je suis contente d'un de mes travaux de cours, je vous le présente ici. 


C'est bien sur en cours de photo, en pratique. Le but du jeu était de réaliser un portrait représentatif de la personne prise en modèle.

 

Avec Delphine C., une de mes copines de campus, on a joué un peu. 

 

Elle avec un mini pot de confiture de cerise, moi avec le Hasselblad H3D et un 80mm dessus. Je trouve que la confiture lui va très bien.

 

 

Delphine aime la confiture.

Repost 0
Julie Lefort, Photographe de plateau - dans Cours
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 17:55

Suite et fin, après c'est finit !


2008_012780Blast0054-1.jpg


Estelle la bassiste.

 

La meilleure amie de mon pote ingé son est par extension une copine à moi. Elle est extrêmement jolie, elle est folle à lier, et c’est très bien comme ça. Elle est bassiste dans un groupe de métal, et c’est très bien aussi même si je déteste leur musique.

 

Je suis allée les prendre en photos en concert. Dur dur, quand tu n’as qu’une envie c’est de mettre du Jethro Tull pour arrêter de saigner des oreilles. Dur dur, quand la salle est minuscule et qu’il a à peu près deux projos, dont un qui devait être en RTT…

 

Mais au final cette photo ressort. La Miss super concentrée, les cheveux sur les yeux, je sais pas comment elle fait pour vivre comme ça mais bon. Et si on n’arrive pas à voir qu’elle joue de la basse (ou du moins fait semblant, après tout c’est la seule fille du groupe, peut être que depuis le début ils mettent une bande enregistrée à sa place et la gardent juste pour les quotas…) je mange mon chapeau. J’aime bien la dynamique de cette image crée par toutes ces lignes pas droites. J’aime bien ce noir et blanc limite moche (oui j’aime les trucs moches).

 

Cette photo de concert me donne surtout envie d’en refaire, des mieux (ça ne devrait pas être trop dur), des différentes, avec du matos différent. Coming soon ?


Repost 0
Julie Lefort, Photographe de plateau - dans Cours
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 23:50

Et une deuxième, hop !


Wampas--06.06----44.JPG


Tony Truant s’accorde.

 

 

J’ai pu squatter discrètement les Wampas en enregistrement. Tout d’abord parce que ça se passait dans le studio du couloir du haut, où ils répètent quasiment depuis l’ouverture. Donc même s’ils ne me voient pas souvent ils savent à peu près qui je suis. Et puis bon, quand l’ingé son est ton pote de lycée, autant en profiter.

 

J’aime assez cette photo du second guitariste qui s’accorde.

 

Déjà parce que ce gars a une tête particulière. Le genre de visage dont on peut être sûr que le propriétaire n’est pas fonctionnaire à La Poste ou comptable (et là je m’excuse si votre maman est postière et votre papa comptable – ou inversement). Le genre de tête qui bosse forcément dans le spectacle, d’une manière ou d’une autre. Soit disant l’habit ne fait pas le moine, mais les visages parlent quand même beaucoup.

 

Et pour le coup je trouve que ça change un peu des photos de concerts. Là le gars est posé, tranquille. Assis sur sa chaise ; heureusement que le studio est non fumeur sinon il aurait sûrement sa clope au bec (en fait je ne sais même pas s’il est fumeur, c’est pour l’image). Il est concentré sur ce qu’il fait, même s’il y a plein d’autres personnes bavardes dans le studio.

 

C’est même de la musique sans musique, vu que quand on s’accorde on est amené à faire des sons parfois remarquablement douloureux. C’est contradictoire et j’aime bien.


Repost 0
Julie Lefort, Photographe de plateau - dans Cours
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 17:51

On passe au deuximèe sujet, La musique. 

Celle là vous l'avez peut-être déjà vue sur mon site. 


Couloir-du-Haut.JPG

Le couloir du haut.

 

 

Ca n’est pas évident si l’on ne connaît pas ce lieu, mais ce couloir rouge bois et bleu est l’un des couloirs d’un studio de répétition parisien dans lequel je traîne mes guêtres depuis quelques années.  Bon déjà soyons clair, je ne suis absolument pas musicienne. Mais alors pas du tout. Si j’y passe parfois ma vie, c’est plus par copinage qu’autre chose. Ce studio est par période mon seul contact avec les gens de la vraie vie, ou en tous cas l’a été. Et surtout j’y ai fait des découvertes humaines et musicales des plus enrichissantes.

 

Toujours est-il que pour quiconque connaît ce studio, ce lieu est clairement  identifiable. Ce grand couloir qui mène aux salles de répétition appelle à la musique. Enfin cela dit, j’espère que peu de gens ont eu l’occasion d’avoir ce point de vue là. Parce que sinon c’est quand même mauvais signe.

 

Si je passe par là de jour, et surtout en soirée, je peux être sûre d’entendre de la musique sortir des salles, pas toujours bonne d’ailleurs (il faut bien l’admettre, nos clients ne sont pas toujours de grands musiciens…).

Si je passe par là de nuit, quand les clients sont partis, je peux être sûre d’entendre la radio des toilettes pas loin (oui c’est super glamour), ou bien les gens discuter en bas à l’accueil. Ou bien l’aspirateur de la personne qui fait le ménage.

Si je passe par là de nuit, que les clients sont partis et que des gens de ma connaissance font les zouaves quelque part, je peux être sûr d’entendre soit de la très bonne musique à fond, soit des navets, à fond aussi, de ceux qu’on assume quand même d’aimer.

Si je passe par là de nuit, et qu’il n’y a personne d’autre parce que ce jour là j’y ai bossé toute seule, je peux être sûre de flipper et d’entendre un ou deux fantômes. Mais je pense que les fantôme du studio sont sympas. En tous cas parfois ils jouent du piano ou tapotent sur les murs, rien de bien méchant.

 

Donc voilà, depuis tout ce temps, quand on me dis musique je pense avant tout à ce studio où j’ai beaucoup bossé, glandouillé, dormit même (enfin ça je ne le recommande pas), et deux ou trois autres petites choses que « l’honnêteté et la décence m’interdisent de préciser d’avantage ». Même si je sens que cette période est révolue, mais c’est une autre histoire.



Repost 0
Julie Lefort, Photographe de plateau - dans Cours
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 17:48

Et voici la fin du lien !


RER.jpg

De chez moi à là-bas.

 

J’habite depuis longtemps maintenant dans le même coin. Mais ça n’est qu’en fin de lycée que j’ai découvert ce moyen de transport très urbain et pas forcément aimé, le RER. Plus précisément la Ligne A.

 

Bon, je ne vais pas essayer de faire croire que je suis une fan de cette ligne rouge (oui pour moi les métro et les RER sont de la même couleur que sur les plans, c’est comme ça.) Mais j’ai par période passé de longs trajets dans ces wagons. Des trains moches, des trains sales, des trains chauds. Des trains qui m’ont traînés au petit matin jusqu’à un lieu d’études pas forcément adoré, et qui nous ont ramenés moi et mes migraines, entourés d’inconnus pas toujours passionnants. Des trains qu’on prend le soir aux heures où il n’y a personne, et là où la plupart des filles disent : « Ah bah oui mais bon ça fait super peur, tu peux te faire agresser personne ne t’aide ! », moi je répond : « Mais non boulet, justement, t’es toute seule, t’es tranquille, personne pour mettre sa musique à fond à côté de toi, et tu peux étendre tes jambes sans shooter dans les gens. »  Chacun sa vision des choses. Il y a aussi ces trains que tu prends pour aller passer un entretien, un concourt, ce genre d’événement qui te font trop cogiter pour que tu puisses lire tranquille, et du coup ton trajet te semble encore plus long. Ces trains que tu prends avec ces personnes qui sont tes amis, pour une direction prévue ou non, pour une soirée prévue ou non, bonne ou pas.  

 

Cette ligne, et par extension un peu tous les transports en commun, est pour moi autant de liens entre ma maison et tous ces endroits disponibles grâce à un simple bout de carton rectangulaire (ou de plastique pour les plus assidus et plus modernes d’entre nous).

Le fait de m’être placé à cet endroit n’est pas anodin.

Déjà je suis dehors, ce qui limite le côté claustrophobique que l’on peut développer une fois sur les quais. Il fait nuit, certes, et c’est tant mieux. La nuit amène plus de possibilités, plus d’ouvertures et plus d’imagination que le jour. Même quand il fait froid comme ce soir là.

Les deux panneaux indiquent les deux principales directions possibles, opposées, voire même contradictoires. D’un côté la campagne, ses veaux ses vaches ses cochons, ou presque. Mais avec quand même la promesse d’un beau rêve américain au bout, Disneyland. Dans l’autre direction, Paris et ses lumières, Paris et ses touristes, Paris et ses musées, ses bars et ses restos. Paris et toutes ces stations-changements, encore autant de directions possibles, d’ennuis ou de découvertes à portée de main. Et encore plus loin, des villes où je ne suis pratiquement jamais allée, donc je ne peux pas en dire grand chose. Ces deux directions principales sont sur cette photo clairement marquées comme opposées, car chaque panneau est de son côté de l’image, séparés par un vide qui laisse montrer le décors artificiel plus loin, un mini jardin terrain de jeux construit là il y a peu pour couvrir le bruit du passages des trains.

Ce RER A offre pour moi autant d’ouvertures vers mes souvenirs, bons ou mauvais, vers mes futures possibilités, bonnes ou mauvaises. J’espère juste que cette ligne ne sera pas mon seul lien vers ailleurs. 


(ps: Pour le coup c'est de l'argentique développé à l'arrache et scanné n'importe comment, vous pouvez me jetter des cailloux)


Repost 0
Julie Lefort, Photographe de plateau - dans Cours
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 17:43


Et maintenant, la deuxième photo du lien : 


Le-Lien---Leonidas-2.jpg


Chocolat.

 

 

Alors déjà, il s’agit d’un ruban. Le lien avec le lien me semble clair. De manière bassement matérielle en tous cas.

 

Partons dans l’abstaaaaction.

 

Ceci est un ruban rouge qui fermait le super paquet de chocolats Léonidas (c’est bon, on n’est pas à la télé, je peux citer des marques ?) que j’ai eu pour mon dernier anniversaire. Il faut savoir que dans ma famille (Encore ! Mais quand vas-tu couper le cordon ? -- Jamais !) nous avons l’habitude de s’offrir des chocolats Léonidas à toutes les occasions. Noël, anniversaires, voyage à Bruxelles, oh tiens un magasin Léonidas à la sortie du métro, ce genre de choses. Et surtout, très important, toujours, toujours les mêmes. Ceux au chocolat blanc fourrés à la praline, avec ou sans noisette dedans. Les autres non, ils sont pas bon (j’ai dis !).

Et ce ruban là est très important, car il protégeait les 25 Léonidas de mes 25 ans. On n’a pas peur des clichés chez moi. D’ailleurs il n’a pas été d’une grande efficacité dans son travail de protection, vu que je l’ai vite défait et les gourmandises on étés vite englouties.

Soit dit en plus, j’adore les rubans. Je suis plutôt du genre camionneuse, mais je fais une fixation sur les rubans. Je garde tous ceux que je trouve, même les roses alors que cette couleur est bannie de ma vie. C’est pour dire.

Par contre, j’aime le rouge, sans vraiment le vouloir. Cette couleur fait partie de celles que je retrouve toujours chez moi, même si je cherche à changer. Et je trouve que le rouge et l’or se marient très bien.

 

Bref, tout ça pour dire que ce ruban rouge et or est maintenant un symbole pour moi. 25 ans, un quart de siècle blablabla. Une vie qui commence à commencer, enfin (j’ai beaucoup stagnée). C’est un lien avec mon ami le chocolat, un lien avec les rubans. Un lien entre deux âges ; peut-être entre deux vie, qui sait ?


Repost 0
Julie Lefort, Photographe de plateau - dans Cours
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 17:37

Je vous présente ma première photo pour le premier sujet, qui est je vous le rappelle "Le lien".


20100117-Le-Lien---Parents-Lasso--148--ter.jpg


Deux parents, un lasso, et plus de genou.

 

Ma première idée pour faire une photo en rapport avec le lien a été de faire une petite mise en scène avec mes parents. L’intention était que mon père fasse du lasso, ma mère dedans. Mon père ayant toujours fait du lasso, nous avons quelques photos de mon frère et moi, voire même avec des copains, « en-lassotés ». J’aurais donc pu reproduire ce genre de photo familiale, mais en inversant un peu les rôles cette fois ci. Ca aurait surtout été un moyen très net de marquer le lien qu’il a entre mes parents, et surtout avec humour.

Pendant la séance, mon père démarrait le lasso, et ma mère se baissait pour passer par dessous et se relevait une fois dedans. Mais comme on a des genoux pourris dans cette famille, ma mère se faisait mal aux rotules, un peu plus à chaque fois. Et comme on est têtus dans cette famille, elle ne voulait quand même pas arrêter. Du coup, au bout d’un moment, elle n’a tout simplement pas pu remonter. Pouf, plus de genou. Mais comme on sait rire de tout dans cette famille, mon père ou moi avons dû dire une bêtise. Qui a eu son petit effet. Et moi j’ai eu le bon réflexe de déclencher.

Ensuite, en regardant mes photos, je me suis rendue compte que celle qui marquait le plus le lien qu’il peut y avoir dans ma famille et surtout entre mes parents était cette dernière photo. La photo qui ne veut rien dire à la base, mais qui marche plus que les autres (au contraire de ma mère…). Ma mère qui se marre même quand ça va mal, mon père qui soutient la femme de sa vie, mais bon il regarde l’appareil photo parce qu’il reste en spectacle quand même.

 

 

Repost 0
Julie Lefort, Photographe de plateau - dans Cours
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 17:28

Les prochains articles parlerons de ce que je fais en cours. 

Parce que oui, je suis retournée en cours; après avoir arrêté, les bancs de l'école m'ont appelés à eux. Depuis septembre dernier je suis au Campus des Métiers et de l'Entreprise de Bobigny, un des établissement d'Ile-de-France qui proposent une formation de photographe en alternance. Je suis donc parfois en cours, parfois en entreprise. De cette dernière je parlerai sûrement un jour, parce que c'est un taff qui déboîte, mais là non. 


Aujourd'hui je vais vous présenter nos sujets du trimestre. Enfin pas tous, juste dans un cours. C'est celui d'histoire de l'art et de la photographie, avec un prof qui nous fait travailler sur nous-même en nous donnant des sujets photos à rendre. Bon comme je n'aime pas trop travailler sur moi-même, j'ai je l'avoue un peu bâclé les premiers sujets, donc passons.  


Mais je vous présente les sujets actuels : 


Le lien. 

La musique. 


Le but du jeu est de fournir entre une et trois photos par sujet, avec un texte. Alors le texte peut être de soit ou de quelqu'un d'autre, prose ou poésie. 


Je vous laisse mariner et je reviens. 

Repost 0
Julie Lefort, Photographe de plateau - dans Cours
commenter cet article

Me Voici Me Voilà

  • Julie Lefort, Photographe de plateau
  • Ceci est la partie fourre-tout de mon site www.julie-lefort.com. 
Vous y trouverez des photos au jour le jour, des blagues Carambar de temps en temps et même d'autres trucs. 
Sinon dans la  vraie vie je suis photographe, faut pas l'oublier.
  • Ceci est la partie fourre-tout de mon site www.julie-lefort.com. Vous y trouverez des photos au jour le jour, des blagues Carambar de temps en temps et même d'autres trucs. Sinon dans la vraie vie je suis photographe, faut pas l'oublier.

Catégories

Liens